Retour

Les bouffées de chaleur

Publié le , 6 min de lecture
Amélie Danaradjou
Infirmière

La ménopause désigne la période au cours de laquelle une femme voit disparaître définitivement ses règles, suite à l’arrêt de l’ovulation. Ce phénomène naturel survient en moyenne à l’âge de 50 ans, avec une majorité entre 45 et 55 ans. Si la ménopause pourrait marquer la libération vis-à-vis des désagréments physiques et psychiques du cycle menstruel, elle génère, pour de nombreuses femmes, des troubles qui perturbent leur qualité de vie. Les bouffées de chaleur en sont l’un des principaux symptômes, souvent observées dès la période pré-ménopause. Comment les expliquer ? D’où viennent-elles ? Et surtout : comment les limiter et les soulager ? Avec cet article, nous espérons vous donner les clés pour mieux vivre ou anticiper cette période clé (et souvent redoutée) de la vie des femmes.

Qu'est ce qu'une bouffée de chaleur ? 

Les bouffées de chaleur désignent de courts épisodes durant lesquels une chaleur intense et diffuse est ressentie. On les appelle également bouffées vasomotrices, car elles sont liées aux variations de la circulation sanguine. Si la chaleur est principalement ressentie au niveau du visage, et la partie supérieure du corps, elle peut également être ressentie dans d’autres parties du corps. Ces bouffées de chaleur apparaissent également la nuit - on parle alors de sueurs nocturnes -  et leur rythme d’apparition varie d’une personne à l’autre. Chez certaines femmes, elles apparaissent même plusieurs fois par jour. C'est un symptôme courant de la ménopause

Leur durée, quant à elle, varie de quelques secondes à plusieurs dizaines de minutes. On distingue alors deux types de bouffées de chaleur : 

  • les bouffées de chaleur classiques, qui atteignent leur intensité maximale en une minute, puis la maintiennent sur quelques minutes avant de disparaître ; 
  • les bouffées de chaleur lentes, qui apparaissent aussi rapidement, mais sont moins intenses et durent une trentaine de minutes.

On observe généralement 3 phases : 

  • une première phase inconstante avec frissons, tremblements, malaise et/ou vertiges ; 
  • une deuxième phase marquée par la sensation de chaleur dans la partie supérieure du corps, accompagnée de rougeurs et de transpiration ; 
  • et enfin, une dernière phase marquée par une importante transpiration, des palpitations, et un retour à la normale. 

Qu’est-ce qui provoque les bouffées de chaleur ?

Ce sont les modifications hormonales de la ménopause qui provoquent les bouffées de chaleur. Lors de la ménopause, les ovaires cessent de sécréter des oestrogènes, ce qui a un impact sur les tissus sensibles aux oestrogènes. L’arrêt de la sécrétion des oestrogènes crée un dérèglement hormonal qui affecte particulièrement l’hypothalamus, chargé (entre autres) de réguler la température du corps. Les facteurs déclenchants des bouffées de chaleur sont encore mal connus et dépendent de chaque personne. Notons tout de même que la chaleur environnante joue particulièrement sur leur fréquence et leur intensité, et qu’il existe des règles hygiéno-diététiques à suivre afin de les limiter. De même que la ménopause est vécue différemment par chaque femme, nous ne sommes pas sujettes aux bouffées de chaleur de la même façon : 20% des femmes n’en souffrent jamais, tandis que 20% les trouvent insupportables.

Est-ce que les bouffées de chaleur sont fatigantes ?

Si les bouffées de chaleur, caractéristiques de la ménopause, ne sont pas nocives en elles-mêmes, elles sont particulièrement gênantes dans la mesure où elles apparaissent le plus souvent la nuit, venant troubler la qualité du sommeil. Ce que l’on appelle alors les sueurs nocturnes peut contribuer à l’installation d’insomnies, qui génèrent bien d’autres problématiques : troubles de l’humeur ou de la concentration, et impacts sur le niveau d’énergie et le bien-être général. Disparaissant souvent aussi brusquement qu’elles sont apparues, leur caractère imprévisible et fréquent peut fatiguer et gêner en cas d’apparition en public.

Pourquoi les bouffées de chaleur surviennent-elles principalement la nuit ?

Bien qu’elles puissent apparaître à tout moment de la journée, les bouffées de chaleur sont plus fréquentes la nuit. L’une des raisons est que le taux d’oestrogènes est généralement plus faible la nuit, ce qui engendre cette dérégulation de la chaleur corporelle. D’autres explications sont liées à la chaleur environnante, dans le cas d’une chambre trop chauffée la nuit, de vêtements qui empêchent la dissipation de la chaleur corporelle, ou de certains comportements réalisés avant de dormir. La prise d’alcool, de boisson chaude (notamment avec de la caféine), d’une douche ou d’un bain trop chauds ne sont, par exemple, pas recommandés. Notons qu’il est possible d’observer des sueurs nocturnes sans ressentir de bouffée de chaleur dans la journée.

Comment soulager les bouffées de chaleur ?

Si certaines femmes ne souffrent pas, ou peu, de bouffées de chaleur à la ménopause, d’autres verront leur qualité de vie et de sommeil sérieusement dégradée par ces bouffées de chaleur incontrôlables et souvent imprévisibles. Pour éviter cela, il existe de nombreuses techniques pour soulager les bouffées de chaleur. Une première astuce consiste dans le fait de s’habiller en plusieurs couches légères (la technique des pelures d’oignon), afin d’ajuster rapidement son habillement à la chaleur ressentie. Une seconde consiste à garder un ventilateur proche du lit, et une compresse froide ou un brumisateur d’eau, en cas de bouffée de chaleur. Cette astuce va de pair avec le fait de limiter la chaleur de la chambre et d’utiliser des vêtements et draps en coton qui permettent de mieux dissiper la chaleur corporelle.

Ces “astuces” ne sont pas cliniquement prouvées, mais ce n’est pas pour autant qu’elles ne peuvent vous soulager : à vous donc de les expérimenter et d’adopter celles qui vous sont adaptées. Les déclencheurs des bouffées de chaleur à la ménopause sont encore mal connus, mais il est recommandé à chaque femme qui y est sujette de suivre l’état et l’évolution de ses symptômes, afin d’identifier de potentiels déclencheurs. Les bouffées de chaleur font-elles suite à des périodes de stress intense ? A la prise d’une alimentation très riche en gras et en sucre ou d’alcool ? A une forte chaleur extérieure ou un bain chaud ? Une meilleure compréhension de vos facteurs déclencheurs personnels vous permettra de réduire ces comportements, ou de mieux anticiper ces situations pour les soulager plus rapidement. 

Dans le cas d’une ménopause difficile, les médecins peuvent prescrire un traitement hormonal de la ménopause (THM), qui agit efficacement sur les bouffées de chaleur. Ce traitement consiste à administer de l’estradiol, oestrogène naturel de la femme, afin de pallier à la carence en oestrogène liée à la ménopause, associé à de la progesterone. S’il y a eu un doute sur l’innocuité de ces traitements au début des années 2000, leur efficacité et utilité pour les femmes n’ayant pas de contre-indication sont aujourd’hui bien établies. En cas de contre-indication, il existe d’autres traitements non-hormonaux, à base de plantes, d'antidépresseurs… Si vos bouffées de chaleur sont trop fréquentes et nuisent à votre qualité de vie, parlez-en donc à votre médecin afin d’envisager un traitement, hormonal ou non, adapté à vos besoins, afin de traiter ces symptômes de la ménopause.

Comment limiter la survenue des bouffées de chaleur ?

Il est possible de limiter l’apparition des bouffées de chaleur à la ménopause par des mesures hygiéno-diététiques et certains comportements. Ont été identifiés comme déclencheurs fréquents : l'alcool, la nourriture et les boissons chaudes ou épicées, et la caféine. Contribuant à de nombreux autres effets négatifs de la ménopause, le tabac est également sérieusement mis en cause et il importe d’en réduire (et idéalement, en éliminer) son usage.

Il est particulièrement recommandé d’adopter une alimentation équilibrée, pauvre en sucres rapides et en graisses, et riche en légumes et en fruits. Découvrez ici comment lutter contre la prise de poids à la ménopause. Vous connaissez la rengaine : une bonne alimentation doit aussi être accompagnée d’une activité physique régulière. Alimentation saine et activité physique sont largement reconnues dans leur rôle contre les effets secondaires de la ménopause. Concernant la prise de phyto-estrogènes extraits du soja, qui réduirait les bouffées de chaleur, le manque d’étude ne permet pas à la Haute Autorité de Santé de les recommander, et elle le déconseille aux patientes ayant déjà eu un cancer du sein.

De plus, le stress aggrave et déclenche les bouffées de chaleur : c’est pourquoi sont également recommandés les exercices de méditation et de relaxation, l’hypnose ainsi que les thérapies cognitivo-comportementales. Si vos bouffées de chaleur affectent la qualité de votre sommeil, il se peut que votre irritabilité et votre stress augmente, il importe donc de ne pas se laisser entraîner dans ce cercle vicieux qui générerait davantage de bouffées de chaleur.

En résumé, les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes sont des symptômes très fréquents de la ménopause, dûs aux variations hormonales. Bien que fréquentes, elles n’en sont pas pour autant faciles à vivre, et toutes les femmes ne sont (encore une fois) pas égales devant ce symptôme. La fin des règles ne doit pas marquer l’entrée dans une période où la qualité de vie et de sommeil sont dégradées. Suivez vos bouffées de chaleur et leurs déclencheurs, adoptez les techniques qui vous soulagent, prenez soin de votre hygiène de vie et de votre alimentation, et considérez le traitement médicamenteux hormonal ou non-hormonal en cas de besoin.

Vous avez encore des questions ? N’hésitez pas à les poser aux professionnels de santé sur notre application !
Je pose ma question

La santé dans votre boîte mail

Vous souhaitez recevoir les meilleurs contenus Nabla dans votre boîte mail ?

Votre email sera uniquement utilisé pour l’envoi de la newsletter. Il ne sera jamais communiqué à l’extérieur et vous pourrez vous désabonner à tout moment. En savoir plus.
Illustration - Nabla

Consultations médicales. En vidéo ou par chat.

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla