Retour

La ménopause

Publié le , 8 min de lecture
Amélie Danaradjou
Infirmière

Bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, irritabilité, troubles de l’humeur, fatigue … autant des symptômes bien connus de la ménopause, caractérisée par l’arrêt de l’ovulation et la disparition des règles. Découvrez dans cet article ce qu’est la ménopause, quand elle survient, mais aussi ses symptômes et effets secondaires, et les nombreux moyens pour les éviter ou les traiter.

Qu’est-ce que la ménopause ?

La ménopause survient une fois que le stock de follicules de la femme est inférieur à 1000, les ovaires cessent alors de fabriquer des œstrogènes et n’ovulent plus. Dès lors, la production d’œstrogène et de progestérone chute.

Comment est posé le diagnostic ?

La ménopause correspond à la fin de la période reproductive de la femme, on parle de ménopause lorsqu’une femme n’a plus de règles depuis un an.

Quel bilan hormonal ? Faut-il faire une prise de sang ?

Aucun examen n’est nécessaire pour diagnostiquer la ménopause puisque le diagnostic repose sur l’arrêt des règles depuis plus d’un an. Les dosages hormonaux (bilans sanguins) sont donc inutiles, sauf dans des situations particulière: lorsqu’il s’agit de diagnostiquer une insuffisance ovarienne précoce, c’est à dire la disparition des règles (en l’absence de grossesse ou de contraception hormonale) chez une femme de moins de 40 ans), ou lorsqu’une femme n’a plus d’utérus.

Un dosage hormonal (FSH) permet alors de savoir si la ménopause est installée.

Le « test à la progestérone » qui consiste à prescrire cette hormone en comprimés durant 10 jours, 3 mois de suite est quelquefois utilisé lorsque les règles surviennent rarement. Si les règles réapparaissent à l’issue du traitement, alors la ménopause n’est pas encore installée. Dans le cas contraire, il est difficile de trancher.

À quel âge survient-elle ?

En moyenne, la ménopause survient vers 50-51 ans, après une période d’environ 3 à 5 ans de pré-ménopause durant laquelle les cycles sont perturbés.

En cas d’insuffisance ovarienne prématurée, la ménopause peut survenir avant 40 ans, à l’inverse, on parle de ménopause tardive lorsque celle-ci intervient après 55 ans. Entre 40 et 45 ans, on parle de ménopause anticipée.

Quels sont les premiers signes de la ménopause ?

Les premiers signes et symptômes de la ménopause sont :

  • Des bouffées de chaleurs, des sueurs nocturnes
  • Des troubles de l’humeur
  • Un sommeil perturbé, d’autant plus qu’il y a des sueurs nocturnes
  • Des douleurs articulaires
  • Une sécheresse vaginale qui survient en général plus tardivement, ainsi que des troubles urinaires.

Quel est l’effet de la ménopause sur le corps ? Que se passe-t-il dans le corps ?

Comme expliqué ci-dessus, la ménopause marque la fin de la période reproductive de la femme, et est la conséquence de l’épuisement du stock de follicules. L’ovaire cesse simultanément de sécréter des œstrogènes et de la progestérone. Cette chute d’hormones a pour conséquence la fin des règles, puisque l’endomètre ne s’épaissit plus tous les mois ; c’est pourquoi on considère qu’une femme est ménopausée lorsque ces dernières règles remontent à plus d’un an.

Quels sont les symptômes de la ménopause ?

La chute d’œstrogènes et de progestérone sont donc responsables des symptômes de la ménopause détaillés ci-dessous :

Les bouffées de chaleur

Surement le symptôme le plus connu de la ménopause, les bouffées de chaleur sont très fréquentes et affectent 80% des femmes occidentales. Heureusement, seules 25% d’entre elles seront très gênées.

La carence hormonale nouvellement apparue affecte le mécanisme de régulation thermique de l’organisme, ce qui explique ce symptôme très répandu de la ménopause. Les bouffées de chaleur consistent en une brusque et intense sensation de chaleur qui se répand du corps au visage, souvent suivie de rougeur, sueurs, et qui dure quelques minutes.

La nuit, les sueurs nocturnes peuvent survenir de façon répétée et perturber le sommeil.

Le syndrome génito-urinaire de la Ménopause (SGUM)

Il concerne 30 à 70% des femmes et associe 3 types de symptômes :

  • La sécheresse vulvo-vaginale, l’irritation, les démangeaisons;
  • Les troubles sexuels, en particulier le manque de lubrification et les douleur d’intromission (qui en sont la conséquence);
  • Les symptômes urinaires, avec une envie fréquente d'uriner, des infections urinaires à répétitions, une urgence à uriner.

Ces symptômes apparaissent plus tardivement et sont là encore la conséquence de la carence hormonale. Ils ont tendance à s’accroitre avec l’âge et la durée de la ménopause, mais sont améliorés, outre grâce aux traitements, par la fréquence des rapports sexuels.

La prise de poids

En réalité, la prise de poids est un symptôme qui débute bien avant la ménopause, et survient avec une grande variabilité selon les femmes. En moyenne, entre 42 et 50 ans, 8 femmes sur 10 prennent du poids, autour de 0,8 kg par an. La répartition des graisses se modifie : celles-ci se situent au niveau de l’abdomen, ce qui responsable d’une modification du schéma corporel redouté par de nombreuses femmes.

La modification de sécrétion hormonale modifie le métabolisme : un équilibre alimentaire doit être associé à la pratique d’une activité physique régulière pour annuler ou limiter cette prise de poids à la ménopause. Le déséquilibre entre l’apport et les dépenses énergétiques est accentué par la sédentarité, l’absence d’activité physique, les troubles du sommeil, les troubles de l’humeur, le stress, les facteurs psychologiques et les conditions socio-économiques.

La fatigue, les troubles de l’humeur et l’irritabilité

Des troubles anxieux, dépressifs ou encore une irritabilité peuvent être des symptômes temporaires de la ménopause. De plus, cette irritabilité peut être accentuée par des troubles du sommeil ou encore par des bouffées de chaleurs, autres symptômes de la ménopause.

La disparition hormonale explique en partie la survenue de ces symptômes, mais il faut également tenir compte du contexte familial et psychoaffectif, le départ des enfants, la vie de couple etc…

Les douleurs ostéo-articulaires

Ces douleurs sont un des symptômes pouvant apparaître à la ménopause.

La perte d’élasticité de la peau et la perte de cheveux

La peau est un organe hormono-dépendant qui subit tout autant les conséquences de l’instabilité hormonale générée par la pré-ménopause puis la ménopause. Cela se traduit par une modification de la structure de la peau qui s’affine et perd en élasticité. Plus sèche, elle est sujette aux démangeaisons. De même, une perte de cheveux apparaît progressivement.

Quels sont les effets secondaires métaboliques de la ménopause ?

Les principaux effets secondaires métaboliques de la ménopause sont les risques cardio-vasculaires et l’ostéoporose.

En effet, la ménopause s’accompagne d’un risque d’ostéoporose puisque la carence en œstrogènes entraîne une diminution de la capacité de l’organisme à produire du tissu osseux. La perte osseuse s’accélère donc à la ménopause. On observe une perte de densité osseuse allant jusqu’à 20% au cours des 5 premières années après la ménopause. Le risque d'ostéoporose est majoré en cas d’antécédent maternel, de tabagisme, d’insuffisance pondérale (IMC inf. Ou égale à 19), de traitement à base de corticoïdes pendant plus de 3 mois, d’insuffisance ovarienne prématurée, de ménopause anticipée.

Le risque cardiovasculaire augmente également avec la ménopause, augmentant le risque de faire un infarctus ou un accident vasculaire cérébral. De plus, le taux de cholestérol augmente, et les hormones, qui agissaient comme une protection naturelle contre ce type de pathologies, disparaissent à la ménopause. Un antécédent de prééclampsie ou de diabète gestationnel constitue également un facteur de risque à prendre en compte

Quels sont les traitements de la ménopause ?

La ménopause est un phénomène naturel, une étape qui concerne toutes les femmes même si certaines d’entre elles sont moins gênées par ces modifications hormonales et les symptômes qui en découlent.

Quoi qu’il en soit, il existe de nombreuses façons d'atténuer ou de supprimer ces symptômes parfois gênants de la ménopause !

La ménopause peut être traitée avec des hormones, on parle alors de THM (Traitement Hormonal de la Ménopause). Ce traitement consiste en une prescription d’hormones naturelles, œstrogènes et progestérone. Ces hormones peuvent être administrées par voie orale, percutanée ou vaginale.

Ces traitements hormonaux sont le plus souvent rapidement efficaces sur les symptômes de la ménopause et permettent en plus de prévenir le risque d’ostéoporose et la survenue de complications vasculaires.

Il existe également des traitements naturels contre les symptômes de la ménopause. En effet, des préparations à base de plantes , ou contenant des œstrogènes végétaux ou phyto-oestrogènes, de la béta-alanine, ainsi que la vitamine E ou l’homéopathie peuvent contribuer à réduire les bouffées de chaleur. A noter cependant que les traitements à base de plantes fonctionnent également grâce à l’effet placebo et ne sont pas reconnus par la Haute Autorité de Santé (HAS).

Certains traitements antidépresseurs ont un effet bénéfique sur les bouffées de chaleur.

Des lubrifiants ou crèmes vaginales à base d'oestrogènes ou d’acide hyaluronique sont utiles pour lutter contre la sécheresse vulvo-vaginale et le SGUM.

Comment bien vivre la ménopause ?

Pour bien vivre sa ménopause, il est important de respecter des règles hygiéno-diététiques :

  • Maintenir une activité physique régulière ;
  • Arrêter de fumer et diminuer la consommation d’alcool ;
  • Avoir une bonne hygiène alimentaire ;
  • Limiter la prise de café et de sucre ;

Pour la prévention de l’ostéoporose:

  • surveiller son apport en calcium : 2 à 3 produits laitiers par jour, ou des aliments riches en calcium ou certaines eaux minérales (Contrex Hépar et Courmayeur) ;
  • surveiller son apport en vitamine D : une exposition au soleil de 15 à 30 min par jour peut s’avérer être suffisante mais il faut garder en mémoire que l’absorption cutanée diminue avec l’âge.

En effet, le respect de ces règles permet de lutter contre les risques de maladies cardiovasculaires, l’ostéoporose et la prise de poids. Ces règles hygiéno-diététiques permettent aussi de limiter la survenue des bouffées de chaleur.

Il est également essentiel de maintenir son suivi médical et gynécologique à la ménopause, que ce soit pour prévenir les risques qui y sont liés ou pour vivre au mieux avec ses symptômes.

Les côtés positifs de la ménopause

La ménopause présente également des avantages car certaines maladies présentes avant la ménopause bénéficient de la chute hormonale :

- Les fibromes utérins : avec l’arrêt de la production d’œstrogènes, les fibromes utérins régressent ;

- L’endométriose : alors que les lésions de l’endomètre se développement à chaque cycle menstruel, l’endométriose diminue voire disparaît après la ménopause ;

- La migraine : les migraines qui surviennent au moment des règles, favorisées par la chute hormonale, s’atténuent voire disparaissent après la ménopause.

La ménopause est une étape dans la vie de toutes les femmes, qu’il faut appréhender avec sérénité! La ménopause marque la fin de l’activité reproductive de la femme, et se caractérise par une chute des hormones et par une absence définitive de règles. Elle s’accompagne souvent de symptômes qui peuvent être traités (THM ou autre). Il est essentiel de maintenir un suivi médical et gynécologique régulier à la ménopause, et indispensable d’avoir une bonne hygiène de vie, afin de limiter les symptômes et risques liés à la ménopause.

Vous avez encore des questions ? N’hésitez pas à les poser aux professionnels de santé sur notre application !
Je pose ma question

La santé dans votre boîte mail

Vous souhaitez recevoir les meilleurs contenus Nabla dans votre boîte mail ?

Votre email sera uniquement utilisé pour l’envoi de la newsletter. Il ne sera jamais communiqué à l’extérieur et vous pourrez vous désabonner à tout moment. En savoir plus.
Illustration - Nabla

Consultations médicales. En vidéo ou par chat.

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla