Retour

Comment mieux comprendre sa fertilité ?

Publié le , 6 min de lecture
Véronique Cayol
Gynécologue-obstétricienne

La fertilité désigne la capacité à avoir un enfant, on observe chez la femme une période de fertilité au cours du cycle menstruel qui dure environ 6 jours, et correspond à l'intervalle durant lequel la probabilité de concevoir un enfant est optimale. Ainsi, il peut être très utile pour une femme de comprendre son cycle et de savoir déterminer sa période de fertilité, découvrez comment dans cet article.

Tenir un calendrier de suivi du cycle menstruel

Conseil clé

Tenir mensuellement un calendrier de suivi du cycle en notant le premier jour des règles permet de déterminer facilement la durée du cycle, la période de règles et la période de fertilité.

Pourquoi ?

Un calendrier permet de suivre le déroulement de son cycle, sa durée, d’identifier la période de fertilité, et d'anticiper la venue des règles. Il permet aussi de mieux connaître son corps et de comprendre les variations d’humeur et de forme physique.

Quel support utiliser ?

  • Imprimer un calendrier simple.
  • Utiliser les calendriers menstruels gratuits proposés par les fabricants de protections hygiéniques.

Comment calculer ?

  • La fertilité de la femme est cyclique.
  • La durée du cycle menstruel est en moyenne de 28 jours.
  • Le premier jour des règles correspond au premier jour du cycle.
  • L’ovulation a généralement lieu vers le 14ème jour du cycle. La période de fécondation précède de 5 jours l'ovulation et inclut l'ovulation.
  • Les règles surviennent 14 jours après l’ovulation.

Observer sa glaire cervicale et sa consistance

La glaire cervicale, c'est quoi ?

La glaire cervicale est une substance visqueuse naturellement sécrétée par les glandes du col de l’utérus. Elle est composée de mucus, de sels minéraux et de protéines.

Quand apparaît-elle ?

Elle apparaît quelques années précédant l’arrivée des règles et est présente tout au long de la vie hormonale de la femme, jusqu’à la ménopause.

A quoi sert-elle ?

La glaire cervicale protège l’utérus des pathogènes et des infections en formant une barrière mécanique et immunologique. Elle facilite, ou au contraire limite, le passage des spermatozoïdes en fonction de la période du cycle, et forme également un filtre afin d’éliminer autant que possible les spermatozoïdes anormaux , enfin elle protège les spermatozoïdes des conditions hostiles du vagin (notamment en termes de pH).

Comment évolue-t-elle ?

Tout au long du cycle menstruel, la consistance de la glaire cervicale évolue.

Glaire & cycle menstruel

  • La sécrétion de la glaire cervicale est régie par les hormones sexuelles : les œstrogènes stimulent sa sécrétion tandis que la progestérone l’inhibe. En plus de bloquer l’ovulation, les pilules contraceptives ont pour effet de rendre la glaire cervicale imperméable aux spermatozoïdes.
  • Observer la consistance de la glaire cervicale permet donc de savoir, avec plus ou moins de précision, où l’on se situe dans son cycle menstruel.

Glaire & fertilité

  • L’observation de la glaire cervicale peut donc aider maîtriser sa fertilité et à tomber enceinte, en repérant la période de fertilité maximale, qui se situe autour de l’ovulation.
  • Néanmoins, apprendre à bien connaître son corps demande du temps, il faut donc souvent attendre quelques mois avant que l’observation ne soit fiable.

Glaire & contraception

  • L’observation de la glaire cervicale est aussi la base de plusieurs méthodes de contraception naturelles, qui comprennent également l'observation de la position du col de l’utérus et la courbe de température.
  • Ces méthodes peuvent être employées à la fois pour éviter une grossesse (avec alors un taux d’échec potentiellement plus élevé qu’une contraception classique) et pour essayer de tomber enceinte.

Comment l'observer : l'humidité

  • Prêter attention tout au long de la journée à la sensation d'humidité au niveau du vagin.
  • Observer ses sous-vêtements en analysant les traces laissées dans sa culotte ou sur le papier toilette, plutôt avant d’uriner. La glaire cervicale est visible lorsque l’on s’essuie.
  • A noter qu’en période de fertilité, la glaire peut être très humide et ne pourra pas être observée : elle ne laissera pas de trace blanche, mais seulement une sensation de “mouillé”.

Comment l'observer : auto-prélèvement

Veiller à bien se laver les mains avant, puis se mettre en position assise, accroupie ou un pied sur la cuvette des toilettes, comme par exemple lorsque l’on insère un tampon. Ensuite, insérer un doigt à l’intérieur du vagin. Une fois le doigt retiré, observer et étirer la substance récoltée entre deux doigts.

Comment l'observer : consistance

  • En début de cycle (phase folliculaire), quelques jours après la fin des règles et jusqu’à la période pré-ovulatoire, la glaire cervicale est peu abondante, plutôt blanche et épaisse, elle ne s’étire pas entre deux doigts. Les pertes blanches sont ainsi crémeuses.
  • En période d’ovulation, la glaire cervicale devient transparente : plus l’ovulation approche, plus la glaire est filante, d’aspect blanc d’œuf. Au moment de l’ovulation, la glaire cervicale est à son maximum en termes de transparence, d’élasticité et d’abondance.
  • Après l’ovulation (phase lutéale), la glaire va progressivement devenir pâteuse, opaque, collante, crémeuse, jusqu’à être presque absente en fin de cycle, à l’approche des règles, si la nidation n’a pas eu lieu.

Noter sa température corporelle

Conseil clé

La fenêtre “fertilité” est lisible grâce à l'observation de la glaire cervicale, mais aussi par le suivi de la température corporelle. La courbe de température permet de déterminer les périodes propices à la fécondité.

Pourquoi ?

  • L’analyse de la courbe de température permet de vérifier si l’ovulation a eu lieu, mais également de détecter la période de fertilité. Afin d’optimiser l’analyse, il est conseillé de prendre la température corporelle chaque jour sur deux cycles minimum, en débutant le premier jour des règles, puis recommencer un graphique à chaque nouveau cycle menstruel.
  • L’allure d’une courbe normale montre deux plateaux de température, séparés par un petit décalage de quelques dixièmes de degré (0,3 à 0,5° C) qui signale, a posteriori, que l’ovulation a eu lieu.

Comment évolue la température du corps ?

  • Lors de la phase folliculaire, soit du premier jour des règles à l’ovulation : la température du corps se maintient généralement autour de 36,5°C.
  • L’ovulation correspond au dernier point bas de la courbe.
  • Après l’ovulation, lors de la phase lutéale : la température grimpe et perdure autour de 37° durant 12 à 14 jours. Cette augmentation de la température est due à une hormone, la progestérone, qui est est sécrétée par le corps jaune, issu de la transformation du follicule après l’ovulation.
  • S’il n’y a pas de fécondation, le corps jaune dégénère et la chute de progestérone provoque le retour à la normale de la température, puis l’arrivée des règles environ 14 jours après l’ovulation. En revanche, s'il y a fécondation, le corps jaune persiste et la température se maintient au delà de 16 jours après l’ovulation.

Comment prendre sa température ?

  • Se munir d’un thermomètre et utiliser toujours la même technique pour prendre la température tout le long du cycle.
  • La température doit être prise tous les jours au réveil, à la même heure, avant de commencer ses activités, dans les mêmes conditions.
  • Une fois la température relevée, la noter sur une feuille de suivi dédiée, en plaçant le point dans la case appropriée. Après quelques jours, relier les différents points pour observer l’évolution de la courbe de température.
  • En plus de mentionner les règles, il est aussi pertinent d’indiquer les jours où il y a des relations sexuelles.

Il existe donc de nombreuses méthodes pour mieux comprendre son cycle, sa durée et déterminer les périodes de fertilité : observation de la glaire cervicale, tenue d'un calendrier du cycle menstruel ou encore observation de la courbe de température corporelle. Ces méthodes et observations peuvent s'avérer utiles dans un projet de grossesse, ou au contraire, comme méthodes de contraception naturelle (avec un taux d'échec plus élevé que les méthodes classiques).

Vous avez encore des questions ? N’hésitez pas à les poser aux professionnels de santé sur notre application !
Je pose ma question

La santé dans votre boîte mail

Vous souhaitez recevoir les meilleurs contenus Nabla dans votre boîte mail ?

Votre email sera uniquement utilisé pour l’envoi de la newsletter. Il ne sera jamais communiqué à l’extérieur et vous pourrez vous désabonner à tout moment. En savoir plus.
Illustration - Nabla

Consultations médicales. En vidéo ou par chat.

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla