Retour

Soigner la toux

Publié le , 3 min de lecture
Mariama Bah
Médecin urgentiste

Quels remèdes existent contre la toux ? Quels sont les différents types de toux ? On vous explique tous contre ce symptôme agaçant dans cet article !

Les différents types de toux

Il existe en fait plusieurs types de toux :

  • La toux grasse : Elle permet d’évacuer par réflexe des sécrétions présentes dans les bronches et donc de libérer les voies respiratoires.
  • La toux sèche : Elle est une toux déclenchée par une irritation du pharynx, le conduit reliant les voies respiratoires et de déglutition, et des voies aériennes (trachée et bronches). Contrairement à la toux grasse, elle ne produit pas de sécrétions mais peut s’avérer fatiguante et douloureuse.
  • La toux spasmodique : Il existe enfin une toux qualifiée de « spasmodique » liée à ce qu’on appelle l’ « hyperréactivité bronchique ». Celle-ci peut se déclencher à l'effort. Les petites bronches sont alors enflammées et se contractent, engendrant une toux. Cette toux sera traitée par des médicaments permettant d’élargir le diamètre des bronches, à la manière des médicaments contre l’asthme.

Pour résumer, il faux :

  • Bien différencier les types de toux : les remèdes dépendent de la nature de celles-ci.
  • Une toux grasse est une toux productive : elle permet de libérer les sécrétions bronchiques, il ne faut donc pas essayer de la bloquer par un antitussif.
  • Une toux spasmodique se traite par des bronchodilatateurs : mais n’est pas forcément un signe d’asthme, il est donc nécessaire de consulter son médecin !

Les remèdes contre la toux

Bien s'hydrater

L’hydratation est essentielle en cas de toux, notamment de toux grasse. En restant hydraté, il est possible de fluidifier le mucus qui encombre les voies aériennes. Ainsi, la toux est facilitée et donc moins pénible, plus efficace et donc moins longue.

N'hésitez pas à boire de l'eau, de la tisane, de la soupe, mais éviter autant que possible l'alcool et la caféine, susceptibles de renforcer l'état de déshydratation.

Avoir une atmosphère humide

Une atmosphère humide permet d’apaiser les voies respiratoires et de fluidifier les mucosités, facilitant donc l’évacuation des sécrétions grâce à la toux. Au contraire, une atmosphère sèche peut aggraver une irritation et déclencher une toux sèche.

Il est possible de créer une atmosphère humide grâce à la vapeur d’eau produite par une douche bien chaude, par exemple.

Si le taux d’humidification dans certaines pièces de la maison est trop faible (un taux idéal se situe entre 40 et 60%), il peut être envisagé d’utiliser un humidificateur d’air, ou simplement de placer un récipient d’eau chaude dans la pièce en faisant attention à ne pas se brûler.

Bien vider les fosses nasales

Vider les fosses nasales permet d’éviter une obstruction rhino-pharyngée pouvant causer un écoulement de sécrétions dans la gorge (que l’on appelle « jetage postérieur »). C’est ce jetage postérieur qui est susceptible de déclencher le réflexe de toux.

Il est conseillé d’introduire de l’eau salée ou minéralisée dans une narine afin que celle-ci puisse circuler dans les fosses nasales et ressortir par l’autre narine.

Ce procédé, que l’on appelle “désobstruction rhinopharyngée”, permet de déloger les sécrétions excessives : l’eau emporte le mucus sur son passage. Il doit être complété par un mouchage.

Prendre de la tisane au miel

Le miel a des vertus antitussives et antalgiques et peut donc être utilisé en cas de toux irritative sèche. Il contribue en effet à calmer et à cicatriser les muqueuses de la gorge.

Il est conseillé d’utiliser le miel dans sa forme pure, en consommant 2 cuillères à café, 3 fois par jour (sauf en cas de diabète).

Attention néanmoins : le miel ne peut être donné à un enfant avant l’âge de 1 an : celui-ci peut contenir une bactérie contre laquelle les enfants de cet âge ne sont pas immunisés.

Enfin, il est important de bien se laver les dents 30 minutes après avoir consommé du miel afin d’éviter l’érosion de l’émail.

Éviter les sirops anti-tussifs

Pas efficace

D’une manière générale, il est conseillé d’éviter les sirops antitussifs. Un avis publié par 60 millions de consommateurs en 2015, après revue de 37 médicaments antitussifs ne nécessitant pas d’ordonnance, a montré que la plupart d’entre eux ne prouvent pas de réelle efficacité.

Pas remboursé

Par ailleurs, très peu de sirops antitussifs sont remboursés par la sécurité sociale.

Des effets indésirables

Par ailleurs, la consommation de certains sirops antitussifs peut provoquer des effets indésirables, comme de la somnolence.

Seul effet possible

Au mieux, un sirop antitussif peut avoir une efficacité modeste contre la toux sèche.

Attention donc à bien vous renseigner sur votre toux. En cas de doutes, parlez-en toujours à votre médecin avant de commencer un traitement !

Vous avez encore des questions ? N’hésitez pas à les poser aux professionnels de santé sur notre application !
Je pose ma question

La santé dans votre boîte mail

Vous souhaitez recevoir les meilleurs contenus Nabla dans votre boîte mail ?

Votre email sera uniquement utilisé pour l’envoi de la newsletter. Il ne sera jamais communiqué à l’extérieur et vous pourrez vous désabonner à tout moment. En savoir plus.
Illustration - Nabla

Consultations médicales. En vidéo ou par chat.

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla