Retour

Le test de fertilité

Publié le , 8 min de lecture
Amélie Danaradjou
Infirmière

La fertilité est la capacité de tout être humain en âge de procréer (après les premières règles chez les filles et l’arrivée de la puberté chez les garçons) de créer la vie. On peut imaginer que la fertilité ne concerne que les couples désireux d’avoir un enfant, surtout les femmes ayant des difficultés à tomber enceinte. Mais, au-delà du couple, elle peut être un questionnement personnel : comment savoir si et quand on est fertile ? Comment faire un test de fertilité et où aller ? 

Explorons ensemble les réponses à ces questions pour désacraliser la peur d’être stérile et ne plus avoir d’appréhension à en parler à un médecin puis à réaliser un test de fertilité. 

Comment savoir si on est fertile ? 

Rappels sur le cycle menstruel, l’ovulation et la période de fertilité

Le cycle menstruel dure en moyenne 28 jours et débute le premier jour des règles. Il se décompose en deux grandes phases durant lesquelles les hormones sexuelles produites par le corps évoluent. La première partie du cycle avant l’ovulation (phase folliculaire) est variable alors que la deuxième partie (phase lutéale) a toujours une durée de 14 jours. À chaque cycle, un ovule arrive à maturation et est expulsé pour être fécondé. C’est ce qu’on appelle l’ovulation. Ce mécanisme s’opère dès le début de l’adolescence, vers 10-15 ans jusqu’à la ménopause, atteinte entre 45 et 55 ans. L’ovule ne survit que pendant 48h après son expulsion. S’il n’est pas fécondé dans ce laps de temps, les règles surviennent 14 jours plus tard. 

La période de fertilité correspond au laps de temps durant lequel la probabilité de concevoir un bébé est optimale. Même chez les femmes dont les cycles ne présentent pas d’anomalie, il est important de noter qu’elles ne sont pas fertiles 24h/24, mais seulement quelques jours par mois ! S’il y a rapport sexuel, les spermatozoïdes peuvent rester dans l’utérus jusqu’à 3 jours après leur arrivée. Le calcul est simple : 2 jours de fertilité + 3 jours de survie de spermatozoïdes = 5 jours par cycle où la fécondation est possible. Cela reste bien sûr des approximations. Chaque femme est différente et a un fonctionnement menstruel qui lui est propre. 

Comment calculer sa période de fertilité 

Pour calculer votre date d’ovulation, il est donc important de connaître la durée moyenne de son cycle. Comme les les règles surviennent toujours 14 jours après l’ovulation, vous pouvez calculer votre jour d’ovulation en soustrayant 14 à la durée de votre cycle : 

  • Si vous avez un cycle de 28 jours, votre ovulation aura lieu le 14ème jour de votre cycle.  
  • Si vous avez un cycle court de 21 jours, votre jour d’ovulation aura lieu le 7ème jour après le premier jour de vos règles (21-14 = 7). 
  • Si vous avez un cycle long de 33 jours, votre jour d’ovulation aura lieu le 19ème jour de votre cycle (33-14 = 19). 

Si le cycle menstruel dure en moyenne 28 jours, il faut garder à l’esprit que chaque femme est unique et que la durée de vos cycles peut varier avec le temps ! Il peut donc être difficile de savoir quels sont les jours où vous avez le plus de chances de tomber enceinte. 

Quels sont les signes de la fertilité chez la femme ?

Dans le cas de cycles à durées variables, la période de fertilité de la femme peut être déterminée grâce à l’observation de signes rarement trompeurs. 

Être attentive à ses sensations et observer sa glaire cervicale 

La glaire cervicale est une substance naturellement sécrétée par les glandes du col de l’utérus. Elle sert à protéger l’utérus des pathogènes et infections en formant une barrière mécanique et immunologique. Tout au long du cycle menstruel, sa consistance évolue :

  • En début de cycle jusqu’à la période pré-ovulatoire, la glaire cervicale est peu abondante, plutôt blanche et épaisse, elle ne s’étire pas entre deux doigts. 
  • En période de fertilité, la glaire cervicale devient transparente. Plus l’ovulation approche, plus la glaire est filante, d’aspect blanc d’oeuf. 
  • Après l’ovulation, la glaire va progressivement devenir pâteuse, opaque, collante, crémeuse, jusqu’à être presque absente en fin de cycle. 

Comment l’observer ?

  • Prêter attention tout au long de la journée à une sensation d’humidité au niveau du vagin. 
  • Observer ses sous-vêtements en analysant les traces laissées dans sa culotte ou sur le papier toilette. 
  • Réaliser un auto-prélèvement, en insérant un doigt à l’intérieur de votre vagin. Une fois le doigt retiré, observer et étirer la substance récoltée entre deux doigts. 

Mesurer l’évolution de sa température corporelle

La fenêtre de fertilité est aussi lisible par le suivi de la température corporelle. La courbe de température permet de déterminer les périodes propices à la fécondité. 

Tout au long du cycle menstruel, elle évolue progressivement :

  • Du premier jour des règles à l’ovulation, la température du corps se maintient généralement autour de 36,5°C. 
  • Après l’ovulation, la température grimpe et perdure autour de 37°C durant 12 à 14 jours. Cette augmentation est due à l’action d’une hormone, la progestérone, qui est sécrétée par le corps jaune, issu de la transformation du follicule après l’ovulation. 
  • S’il n’y a pas de fécondation, le corps jaune dégénère et la chute de la progestérone provoque le retour à la normale de la température 14 jours après l’ovulation. S’il y a fécondation, le corps jaune persiste et la température se maintient au delà de 14 jours après l’ovulation. 

Comment prendre sa température ? 

  • Se munir d’un thermomètre et utiliser toujours la même technique pour prendre la température tout au long du cycle. 
  • La température doit être prise tous les jours au réveil, à la même heure, avant de commencer ses activités, dans les mêmes conditions. 
  • Après quelques jours, relier les différents points notés chaque jour pour observer l’évolution de la courbe de température. 

Néanmoins, cette méthode peut être difficile à interpréter, notamment en cas de fièvre. Dans tous les cas, ces méthodes nécessitent un entraînement, des efforts et de nombreuses étapes pour être efficaces. Le test de fertilité peut donc s'avérer utile.

Comment savoir si je suis stérile ? 

Pourquoi faire un test de fertilité ? 

Le test de fertilité est une image à l’instant T (et pour les 6 mois qui suivent environ) du fonctionnement de l’appareil reproducteur. Attention : cela signifie qu’il ne présume en rien de votre fertilité future à plus de 6 mois, et qu’il ne peut pas être utilisé pour savoir si vous pouvez remettre à plus tard un projet de grossesse. 

Le test de fertilité sert à définir si, à l’instant T : 

  • Le stock folliculaire et la production des hormones sont normaux. 
  • Il n’y a pas beaucoup de follicules et la production hormonale est fastidieuse. 

Petit rappel : chaque follicule contient un ovocyte, qui deviendra ensuite l’ovule. Ils sont donc un acteur important de la fertilité d’une femme. 

Dans quelles situations peut-on vouloir faire un test de fertilité ?

Les tests de fertilité médicaux peuvent être réalisés pour plusieurs raisons relatives à votre situation : 

  • Si vous souhaitez avoir un enfant mais que vous rencontrez des difficultés, un test médical complet peut vous renseigner sur les causes de votre infertilité. 
  • Dans le cadre d’une assistance médicale à la procréation (AMP) pour lancer un protocole de fécondation in vitro (FIV) : on reproduit en laboratoire la fécondation et les premières étapes du développement de l’embryon, puis on le replace dans l’utérus de la femme 3 à 6 jours après. 
  • Dans le cadre d’une AMP pour lancer un protocole de cryo-conservation des ovocytes, une méthode de préservation de la fertilité par congélation des ovocytes. 

Au bout de combien temps faire un premier test de fertilité ? 

L’infertilité d’un couple correspond à l’absence de grossesse après 12 à 24 mois de rapports sexuels complets, réguliers (2 à 3 fois par semaine) et sans contraception. Ainsi, il est recommandé de faire un test de fertilité après une ou deux années de tentatives pour avoir un bébé. 

Ce délai peut être plus court en fonction de l’âge (supérieur à 35 ans) et/ou de problèmes médicaux antérieurs du couple potentiellement responsables d’une baisse de la fertilité. Dès lors, une première consultation médicale est nécessaire plus tôt (souvent au bout de 6 mois de tentatives infructueuses) pour confirmer le diagnostic et prescrire un test de fertilité au couple. 

Comment faire un test de fertilité ? Comment mieux connaître son taux de fertilité ? 

Le test de fertilité permet d’estimer votre réserve ovarienne, c’est-à-dire le stock d’ovocytes encore en vous. Ce nombre est maximal à la naissance, puis il diminue progressivement jusqu’à la ménopause, et de façon très importante à partir de 35 ans. 

Le test de fertilité consiste en : 

  • Une échographie pelvienne (ou echotransvaginale), un examen gynécologique qui consiste à introduire une sonde à ultrasons dans le vagin afin de visualiser les ovaires, l’utérus et l’endomètre. Il est indolore, la sonde est protégée par une capote stérile enduite d’un lubrifiant. L’échographie pelvienne permet d’évaluer la quantité d’ovaires restants et la qualité de votre phase d’ovulation. 
  • Un bilan hormonal réalisé entre le 2ème et 4ème jour du cycle, qui permet de vérifier qu’il n’y aucun problème au niveau des hormones responsables de l’ovulation et du bon déroulement du cycle menstruel.

Où aller faire un test de fertilité ? Qui prescrit un bilan de fertilité ? 

En général, vous devez d’abord consulter votre médecin généraliste ou votre gynécologue pour lui faire part de vos inquiétudes. Après cette première consultation, il peut décider de 

vous conseiller de vous adresser à un médecin spécialisé dans la fertilité ou à un centre spécialisé. Ce médecin spécialisé pourra ensuite vous prescrire un test de fertilité médical, dans un hôpital ou une clinique près de chez vous. 

Les résultats de ces différents examens, avec ceux réalisés pour votre conjoint, seront ensuite regroupés et analysés au sein d’une équipe médicale pluridisciplinaire. Cette analyse permettra de mieux connaître votre taux de fertilité et vous proposer une prise en charge adaptée à votre situation médicale.

Une femme est fertile uniquement durant la période de fertilité de son cycle menstruel. A ce titre, il est important d’essayer d’estimer au mieux ses cycles menstruels et d’apprendre à reconnaître ses signes de fertilité afin de mettre toutes les chances de son côté si vous souhaitez avoir un bébé. 

Vous pouvez également faire appel à un spécialiste de la fertilité pour avoir des informations plus précises sur l’état de votre fertilité, ou de celle de votre couple. En général, il est recommandé de faire un test de fertilité après une ou deux années de tentatives de tomber enceinte infructueuses. Dans certains cas particuliers (âge avancé, certaines maladies), vous pouvez même aller voir un médecin au bout de 6 mois. 

Votre médecin peut alors vous prescrire un test de fertilité médical (échographie pelvienne, bilan hormonal) dans un hôpital ou une clinique spécialisée près de chez vous. Dans tous les cas, ces examens sont indolores et vous donneront des informations fiables sur l’état de votre fertilité.

Vous avez encore des questions ? N’hésitez pas à les poser aux professionnels de santé sur notre application !
Je pose ma question

La santé dans votre boîte mail

Vous souhaitez recevoir les meilleurs contenus Nabla dans votre boîte mail ?

Votre email sera uniquement utilisé pour l’envoi de la newsletter. Il ne sera jamais communiqué à l’extérieur et vous pourrez vous désabonner à tout moment. En savoir plus.
Illustration - Nabla

Consultations médicales. En vidéo ou par chat.

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla