Retour

Tout savoir sur la greffe d'utérus

Publié le , 2 min de lecture
Véronique Cayol
Gynécologue-obstétricienne

En 2019, la première greffe d'utérus à été réalisée en France. Cette opération délicate consiste à greffer à un utérus à des femmes avec un utérus non fonctionnel ou nées sans utérus. Zoom sur cette intervention chirurgicale encore expérimentale

Comprendre la greffe d’utérus

Qu’est-ce que c’est ?

La greffe d’utérus est une technique médicale qui consiste à remédier à certaines formes d’infertilité d’origine utérine.

L’exemple de la Suède

En Suède, 9 greffes d'utérus ont été réalisées, ce qui en fait le pays avec le nombre le plus élevé d’opérations à ce jour.

Dans ces 9 cas, les patientes ont reçu l'utérus de donneuses vivantes : la majorité des femmes ont reçu l'utérus de leur mère, les autres celui d'une femme de leur entourage.

Résultat des opérations : deux greffes d'utérus ont échoué mais 7 utérus greffés sont demeurés fonctionnels.

Deux exemples de greffes d’utérus qui ont réussi

Septembre 2014, Suède : première naissance après la greffe d’un utérus dans le monde

L’enfant a été conçu par Fécondation In Vitro (FIV) avec les ovocytes de sa mère et les spermatozoïdes de son père; après une greffe d'utérus. L’enfant est né prématurément à moins de 7 mois de grossesse : le bébé se porte bien !

Février 2021 : première naissance en France

Née sans utérus en raison du syndrome de Rokitansky (dont souffre une femme sur 4500) et ayant bénéficié d’une greffe d’utérus, la mère de l’enfant a accouché à l'Hôpital Foch de Suresnes.

Le prélèvement de l’utérus se fait-il sur une donneuse vivante ou décédée ?

Les deux !

En cas de donneuse décédée : le prélèvement pour la greffe de l'utérus est réalisé si la donneuse est en état de mort cérébrale et qu’elle ne s’est pas opposée au prélèvement de son vivant.

Avantages et inconvénients d’une donneuse vivante ou décédée

Pour une femme décédée, le prélèvement est moins difficile sur le plan technique, mais il doit être fait après que les organes vitaux aient été prélevés. Dans ces deux cas, la durée entre le prélèvement et la transplantation de l'utérus doit être réduite le plus possible.

Quels sont les risques pour la donneuse vivante ?

Comme toute intervention chirurgicale, l’opération de greffe d'utérus comporte des risques.

Les risques de la greffe pour la receveuse et son enfant

Complications pour la mère et l’enfant

Les femmes ayant reçu une greffe d'utérus ont plus de complications pendant leur grossesse en raison de la greffe ou des traitements immunosuppresseurs. Le risque d’infection est accru tout comme le risque de prématurité.

L’exemple du traitement immunosuppresseur

Le traitement immunosuppresseur permet de diminuer l’action du système immunitaire. Il est utilisé pour empêcher un rejet de la greffe d'utérus, et doit être pris par la receveuse pendant toute sa grossesse. En général, l’utérus transplanté est enlevé après une ou deux grossesses pour éviter à la femme de continuer à prendre ce traitement.

Bien que la greffe d’utérus soit source d’un espoir immense pour les femmes qui ne disposent pas d’un utérus fonctionnel (ou sans utérus du tout), la technique est encore complexe et fragile, et les risques de complications pour la femme greffée et pour l'enfant sont à prendre en considération. Il est donc important de s’interroger sur les risques maternels et fœtaux acceptables avant d’envisager une telle intervention.

Vous avez encore des questions ? N’hésitez pas à les poser aux professionnels de santé sur notre application !
Je pose ma question

La santé dans votre boîte mail

Vous souhaitez recevoir les meilleurs contenus Nabla dans votre boîte mail ?

Votre email sera uniquement utilisé pour l’envoi de la newsletter. Il ne sera jamais communiqué à l’extérieur et vous pourrez vous désabonner à tout moment. En savoir plus.
Illustration - Nabla

Consultations médicales. En vidéo ou par chat.

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla